Toute l'actu des consoles Nintendo : news, tests, et vidéos de jeux Wii, DS et 3DS !

>Vous êtes ici : Accueil » DS » Pokémon Version Blanche 2 » Test

Test de jeu / DS / Pokémon Version Blanche 2

Pokémon Version Blanche 2

Pokémon Version Blanche 2

FaceBook Twitter
Envoyer

Fermez les fenêtres, éteignez la télé et sortez les blousons remplis de pokéballs – sans oublier les gants et les bonnets s’il fait froid – les petits soldats de Game Freak envahissent l’Europe ! On parle bien évidemment de Pokémon Version Blanche 2 en exclusivité sur Nintendo DS, la suite « directe » des deux cartouches sorties précédemment : Pokémon Noir et Blanc. Si la première comptait les aventures de Chrono, c’est maintenant au tour de Sora ! Et l’objectif reste le même : devenir le meilleur dresseur.

Two years later…  Ce n’est pas un hasard si le numéro deux accompagne toutes les jaquettes du soft à travers le monde. Grand habitué des versions multiples sans véritable évolution d’une cartouche à l’autre, si ce n’est le casting côté pokémons à enrôler, l’équipe de Satoshi Tajiri avait surpris son monde avec un premier jet noir et blanc au scénario plus travaillé qu’auparavant. Une quête initiatique dans le monde d’Unys remplie de routes à arpenter, à pied ou en vélo, de pokémons à renforcer/échanger, de badges à collectionner, de légendes plus ou moins intéressantes (Dragon Noir)… Sans cesse perturbée par les enfants de la team Rocket, portant dorénavant le nom de la team Plasma. Une équipe remplie de gugusses plus fous les uns que les autres, paradant pour la libération des pokémons le jour et volant les pokéballs (remplies bien évidemment) la nuit.

Pokémon Version Blanche 2 - 10Pokémon Version Blanche 2 - 16Pokémon Version Blanche 2 - 20Pokémon Version Blanche 2 - 11

Pourquoi s’attarder sur ces événements datant de 2010 (mars 2011 en Europe) ? Tout simplement parce que cette deuxième version blanche se déroule dans le même monde, deux années plus tard. Si le héros et son rival restent inédits, bon nombre de références viendront titiller les déjà-fans, comme le retour de Tcheren et Bianca pour ne citer que ces deux-là, dans des rôles différents cela va sans dire ! Volucité et l’île de la Liberté – là où les premiers acheteurs pouvaient s’attacher les services de Victini, activement recherché par la team Plasma à l’époque – seront évidemment au rendez-vous, et nous sommes au regret de vous informer qu’elles n’auront pas changé d’un iota : fidèle à elle-même, Volucité cache par exemple les même décors en intérieur d’un bâtiment à l’autre, un détail qu’on avait déjà pointé du doigt lors du test de Pokémon Version Noire. Une déception en partie digérée grâce au Pokédex, un appareil qui a toutes les chances d’exploser votre base de données précédente sur le long-terme, surtout si la collectionnite aiguë fait office de seconde nature chez vous ! Ainsi, aux petits soldats de la région d’Unys viendront s’ajouter une ribambelle de pokémons issus de la génération précédente tels que Psykokwak, Smogo, Rattata, etc. Une liste élargie qui n’affectera en aucun cas les pokémons « starter », les trois compagnons présentés en début d’aventure à Sora. Le Professeur vous laissera encore une fois choisir entre Vipélierre (Plante), Gruiki (Feu) et Moustillon (Eau). Et les faiblesses élémentaires sont toujours au rendez-vous, sans oublier les avantages qu’octroient certaines catégories. Des difficultés contre le Champion de Pavonnay, spécialiste des attaques normales ? Attrapez un Riolu ! 
Something new ? Pokémon Version Blanche 2 offrira aussi son lot de lieux inédits, à commencer par le Pokéwood. Le nom ne laisse que peu de place à l’erreur : le joueur aura la possibilité de tourner des « films », visionnables juste après enregistrement dans une salle prévue à cet effet. Rien de bien folichon à se mettre sous la dent ceci-dit, ces superproductions se limitant à deux-trois répliques sur fond de combat opposant le jeune à un grand méchant dont le nom nous échappe (déjà)… Si succès il y a, vous aurez la possibilité de repasser derrière la caméra en utilisant vos pokémons, le premier tournage imposant malheureusement un pokémon de la direction. L’autre grande nouveauté se nomme la galerie Concorde, une allée marchande faisant office d’espace communautaire pour les plus chanceux dont la communication sans fil (C-Gear) s’avère (très) fructueuse. Un lieu que les joueurs solo pourront eux-aussi développer grâce à leurs fans, des sprites qui n’hésiteront pas à faire le voyage pour voir leur star fétiche. A vous de les guider vers une boutique particulière afin qu’ils dépensent leurs précieux deniers, et ainsi facilitent l’expansion de la galerie (level up !) ou de les inviter à ouvrir un commerce : salle de gym réservée aux pokémons, salon de beauté… Les possibilités sont là.

Les graphismes n’étaient déjà pas flamboyants à l’époque, et on remarquera aisément la « paresse » de Game Freak à ce niveau, la 2D et les sprites utilisés étant identiques d’un épisode à l’autre. Le Pokémon Global Link/Heylink, détaillé longuement dans notre test de Pokémon Version Noire, refait surface et permettra aux plus malins de récupérer ces animaux kawaï sans trop forcer. Autre possibilité : l’achat de RAdar Pokémon sur le Nintendo eShop, une application payante basée sur le gyroscope et la Réalité Augmentée embarqués par la Nintendo 3DS. Enfin, le 8 novembre sonnera l’arrivée du Pokédex 3D Pro, toujours sur l’eShop. Une fin d’année sous le signe des pokémons, on ne pouvait rêver mieux avant l’apocalypse !  





test écrit par

  • Graphismes

    6 / 10

    Si le premier volet avait connu une évolution bienvenue, on ne peut pas en dire autant pour cette suite, visuellement identique. Un point qui devrait être gommé dans le l’épisode suivant…

  • Jouabilité

    7 / 10

    Toujours aussi bonne même si l’utilisation du stylet reste limitée. L’écran inférieur affichera la plupart du temps le C-Gear, le dispositif de communication sans fil introduit en 2011.

  • Son

    7 / 10

    Le compositeur attitré de Pokémon (Junichi Masuda) rempile pour notre plus grand bonheur. De ce deuxième volet, on retiendra avant tout les battle thèmes endiablés qui donnent vraiment du peps aux affrontements.

  • Durée de vie

    10 / 10

    Le premier épisode tapait déjà fort mais là, la taille du Pokédex revue à la hausse, la chasse s’annonce encore plus longue que par le passé.

  • Fun

    8 / 10

    Le gameplay n’a pas changé d’un iota et pourtant, on se prend toujours au jeu. Une formule étonnante et effrayante à la fois, car il est difficile de lâcher prise une fois l’aventure commencée.

• Toujours aussi addictif
• Gameplay qui a fait ses preuves
• Les références au premier volet

• Aucune évolution visuelle
• Le Pokémon Global Link aurait mérité plus d’attention
• Nouveautés en petit nombre ?

8 / 10

Verdict

Pour son premier essai, Game Freak remplit le cahier des charges réservé aux suites réussies. Même monde, personnages inédits, références plus ou moins nombreuses à Pokémon Version Noire et Blanche, Pokédex gonflé à bloc et nouveautés bienvenues à défaut d’être marquantes, comme le Pokéwood qui s’annonce très limité en intérêt sur le long-terme. Le Pokémon Global Link prolonge encore une fois l’expérience sur PC, mais ce « jeu dans le jeu » aurait mérité une belle mise à jour depuis le temps, histoire de faciliter la navigation dans le fameux monde des rêves. Dans tous les cas, Pokémon Version Blanche 2 se range à son tour dans la liste des incontournables DS. Une cartouche à consommer une fois l’épisode précédent complété, afin de débuter cette deuxième aventure dans les meilleures conditions possibles.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Envoyer


publicité

Infos Jeu

Pokémon Version Blanche 2

Pokémon Version Blanche 2

8 / 10
  • Acheter sur Fnac.com
    Jeu neuf à 39.9 €

[articles disponibles]

[médias disponibles]

publicité