Toute l'actu des consoles Nintendo : news, tests, et vidéos de jeux Wii, DS et 3DS !

>Vous êtes ici : Accueil » 3DS » Epic Mickey : Power of Illusion » Test

Test de jeu / 3DS / Epic Mickey : Power of Illusion

Epic Mickey : Power of Illusion

Epic Mickey : Power of Illusion

FaceBook Twitter
Envoyer

Après un épisode exclusif à la console blanche et une suite multi-support Wii/360/PlayStation 3 et bientôt Wii U, Warren Spector sonne à la porte de Dreamrift pour confier l’incontournable souris de Disney. Sous-titrée Power of Illusion, la cartouche réussira-t-elle à combler les fans de Castle of Illusion ? Rien n’est moins sûr...

Mizrabel is back  Le Wasteland allant de pair avec la « marque » Disney Epic Mickey, Power of Illusion prendra encore une fois place dans la célèbre dimension des oubliés. Lieu des festivités ? Un château tout ce qu’il y a de plus banal à première vue… Mais il n’en est rien. Les couloirs débordant de magie, vous apprendrez très vite que le propriétaire des lieux n’est autre qu’une sorcière, connue des déjà-fans : Mizrabel. Kidnappeuse accomplie dans Castle of Illusion – une aventure où Minnie se faisait enlever dès les premières minutes de jeu, sous les yeux de Mickey Mouse – la sœur jumelle de Grimhilde jette ses pommes et récidive dans cet opus 3DS… Ou c’est du moins ce qu’on fait croire à l’apprenti sorcier. Entre deux verres de lait, Mickey allume la télévision pour se retrouver nez-à-nez avec Oswald. Et devinez quoi ? La petite copine s’est une nouvelle fois faite enlever. Sans perdre une seconde, la souris part pour le Wasteland, avec un petit détour au passage histoire d’être parée à toute éventualité. Vous l’aurez compris, on parle bien évidemment du pinceau magique ! Un outil indispensable pour tout explorateur qui se respecte, celui-ci permettant de faire parler l’artiste qui est en vous ou le spécialiste de la destruction, tout dépend de la couleur du pinceau : bleu pour matérialiser des objets dans le décor et vert pour les faire disparaître. Et les ennemis rencontrés tout au long du jeu se révèlent eux-aussi vulnérables à l’une des deux couleurs.

Epic Mickey : Power of Illusion - 24Epic Mickey : Power of Illusion - 20Epic Mickey : Power of Illusion - 19Epic Mickey : Power of Illusion - 18

Premier constat : contrairement à Disney Epic Mickey 2, la cartouche est dépourvue de doublage. La traduction française est certes de qualité mais voir autant de personnages, ceux-là même qui ont bercé notre enfance (Aladin, Simba, Blanche Neige, etc.), sans voix… Ça fait pour ainsi dire mal au cœur. La question du budget (et du temps) revient très souvent nous hanter, pendant et après le jeu. L’autre point qui vaut la peine d’être montré du doigt : la relative lenteur des déplacements du héros. Même si on s’y fait passé les premiers niveaux, on ne peut s’empêcher de bloquer sur ce détail, surtout lorsqu’on est habitué à jouer aux ténors du genre. Les plus jeunes devraient être comblés ceci-dit.

Epic or not ?  Sur le papier, l’inclusion du pinceau cher à Warren Spector pouvait apporter des mécanismes intéressants. Malheureusement, la désillusion ne tardera pas à gifler tout optimiste. Hors combats, l’accessoire oblige le joueur à matérialiser des éléments du décor ou à les faire disparaitre à des emplacements précis. Impossible par exemple de créer une toile d’araignée sur Pat Hibulaire afin de le ralentir une fraction de secondes, le temps de bondir et enchainer les coups de popotin. Un détail qui casse le rythme : chaque utilisation du pinceau figeant l’action, il faudra à chaque fois reprendre le stylet et dessiner/effacer l’objet affiché sur l’écran inférieur. Et quand ce n’est pas un objet, ce sont les contours d’une personne (petite sirène) qu’on vous demandera de dessiner. Une fois l’ébauche terminée, Mickey entamera une discussion avec la camarade sauvée in extremis, un moment rempli de « Mmmh… », « Youhou » et « Youpi ! » faute de mieux… Suivi de la fameuse réplique invitant le NPC à se réfugier dans la forteresse : un espace à la Suikoden, regroupant l’ensemble des grands noms Disney retrouvés à travers les niveaux. La comparaison avec la série de Konami s’arrête malheureusement là, les personnes sauvées se cachant chacune dans leurs chambres, toutes reliées par un même couloir. Discuter avec tout ce beau monde donnera accès à de nombreuses quêtes annexes, comme par exemple demander un prêt à Picsou pour Donald. Le genre de requête qui sera complétée quasi-immédiatement vu que les deux gugusses ne sont séparés que par un couloir et deux chambres… D’autres missions un poil plus recherchées essaieront d’égailler votre voyage par la suite mais généralement, on revient toujours à la case départ. La faute à un level design simpliste qui rend l’exploration ennuyeuse. Mickey méritait mieux.

Epic Mickey : Power of Illusion - 16Epic Mickey : Power of Illusion - 35Epic Mickey : Power of Illusion - 28Epic Mickey : Power of Illusion - 25



test écrit par

  • Graphismes

    7 / 10

    Sans doute le point fort du jeu, même si on sait très bien que la 3DS peut faire mieux. Les décors et les personnages rencontrés sont en tout cas franchement réussis.

  • Jouabilité

    4 / 10

    Mickey fait pâle figure comparé aux ténors du genre. Les déplacements se révèlent (très) lents et le stylet/écran inférieur vient rapidement casser le rythme.

  • Son

    7 / 10

    Disney oblige, les musiques sont à la hauteur des personnages rencontrés et niveaux explorés. Peter Pan, Aladin, Ariel… Vous en aurez pour votre oreille !

  • Durée de vie

    4 / 10

    Quelques heures suffisent pour boucler l’aventure. Pas une si mauvaise chose que ça compte tenu du gameplay… Les quêtes annexes sont à oublier.

  • Fun

    4 / 10

    Le constat est sans appel. La jouabilité est telle que l’ensemble devient très vite pénible à parcourir. Une véritable déception.

• Patte graphique
• Musiques
• Univers Disney

• Pinceau gadget
• Forteresse sous-exploitée
• Court

4 / 10

Verdict

En parcourant le château d’Epic Mickey : Power of Illusion, on ne peut s’empêcher de réfléchir au pourquoi du comment. Comment Dreamrift a pu pondre un soft aussi peu finalisé ? Comment Warren Spector a-t-il pu laisser passer ça ? Pourquoi Disney n’a pas offert un délai supplémentaire aux développeurs de Dreamrift ? Tant de questions qui méritent réponse… Tout n’est pas à jeter pourtant, loin de là même. Avec un peu plus de temps, il y avait clairement possibilité de faire un épisode annexe à la hauteur des aventures salon. En l’état, la cartouche devrait plaire aux plus jeunes grâce à sa plastique et sa galerie de personnages mondialement connue.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Envoyer


publicité

Infos Jeu

Epic Mickey : Power of Illusion

Epic Mickey : Power of Illusion

4 / 10
  • Acheter sur Fnac.com
    Jeu neuf à 36.9 €

[articles disponibles]

[médias disponibles]

publicité